Présentation

Les Mesnuls

La commune de Les Mesnuls occupe une situation privilégiée, à l’extrémité nord-est du massif forestier de Rambouillet, à 26 kilomètres à l’ouest de Versailles et à 16 kilomètres au nord de Rambouillet.
La commune est bordée à l’ouest et au sud par des forêts et des collines, tandis qu’au nord et à l’est s’étendent des champs de culture et des prairies.
Les communes limitrophes sont : Montfort l’Amaury, Mareil le Guyon, Bazoches sur Guyonne, Saint-Rémy l’Honoré, Les Bréviaires et Saint-Léger en Yvelines.
Le centre-village, avec ses commerces et sa mairie, est regroupé autour de l’église et d’une majestueuse allée de tilleuls pavée qui conduit au châtelet d’entrée du château.
La superficie totale de la commune est de 649 hectares. L’altitude de son territoire est située entre 93m et 184m.
La Guyonne, affluent de la Mauldre, prend sa source et coule aux Mesnuls.
L’histoire du village est ancienne, puisque les premières traces de présence humaine remontent au Ier siècle après J.C. Toutefois, le village ne prend véritablement son essor qu’à partir de la fin du Moyen-Age, avec la construction d’un château seigneurial, puis d’une église.
Au recensement de 2016, la commune comptait 862 habitants.

Retour en haut de la page

La rubrique « Découvrir Les Mesnuls » ouvre ses portes. Elle sera enrichie de photos et de textes complémentaires au fil du temps. Nous remercions la SDM et les habitants du village qui nous ont aimablement ouvert leurs archives.

Les Mesnuls, 2000 ans d’histoire

Epoque gallo-romaine

Une voie romaine traverse l’actuel territoire communal. Cette voie, venant de Beauvais, passe par Paris (Lutèce), Jouars-Pontchartrain (Diodurum), Bazoches, Les Mesnuls, Saint Léger, Epernon, Chartres et aboutit à Orléans. Une borne de cette voie (dite borne millière, destinée à marquer mille pas doubles) a été retrouvée au hameau de La Millière, lui conférant son nom.
La forêt abrite alors des camps romains, aux Brûlins et dans les Plainvaux. Il s’agit de petites unités militaires chargées d’assurer la sécurité de la voie romaine, dans la traversée réputée dangereuse de la forêt. Les restes de ces camps (talus délimitant des emplacements carrés ou rectangulaires) sont encore visibles aujourd’hui. On dénombre au total environ 50 camps romains de ce type dans la forêt de Rambouillet.
Au Ier siècle après J.-C., une villa gallo-romaine est construite dans la vallée de La Millière, en lisière de forêt. Elle est habitée jusqu’au IIe siècle…

Retour en haut de la page


Si vous souhaitez lire la suite,
merci de télécharger le pdf
suivant :

Les Mesnuls, 2000 ans d’histoire

La villa gallo-romaine

La villa gallo-romaine de la Millière

En 1963, l’archéologue François Zuber* parcourant la forêt de Rambouillet à la recherche des vestiges de la voie romaine, découvre dans la vallée de La Millière les restes d’une construction, grâce à la présence de buis et de mercuriale vivace, plantes indiquant la présence de calcium, donc de chaux. Un tesson de poterie indique l’Antiquité et un fragment de fresque murale polychrome annonce la présence d’un luxueux bâtiment. Les fouilles commencent en 1964.
Au cours des 20 années suivantes, les fouilles de bénévoles rassemblés par François Zuber autour de l’AVGRM (Association de la Villa Gallo-Romaine de la Millière) permettent de retrouver les fondations d’une villa gallo-romaine du Ier siècle après J.C., habitée jusqu’au IIème siècle, dont les dimensions sont estimées à 30m de long, 15m de large et 5m de haut. De construction soignée, chauffée par un hypocauste (système de chauffage par le sol), la villa était relativement luxueuse. Son plan était d’un type répandu dans le nord de la Gaule, dit « à galerie façade ».
Il semble que la villa était une riche résidence secondaire, servant probablement de relais de chasse…
Il a consacré avec compétence sa vie à la mise en valeur des mosaïques retrouvées sur le site de La Millière Il a contribué à enrichir le patrimoine de Yvelines.

Actuellement le site n’est plus accessible.

* M. ZUBER est décédé le 9 mai 2010

Retour en haut de la page


Si vous souhaitez lire la suite,
merci de télécharger le pdf
suivant :

La villa gallo-romaine

Le Château

Le Château des Mesnuls

En 1230, Ernaut des Mesnuls pose la première pierre d’un manoir sur le site actuel du château.
Les seigneurs des Mesnuls se dénomment ensuite Jehan Gautier, Robert Duport, Jehan Dumor, Simon de Maintenon (1460), Jehan Niard, Pierre Chapillard (1480).
En 1540, Christophe de Refuge, maître d’hôtel du duc d’Alençon, quatrième fils de Henri II, construit, à l’emplacement du premier manoir, un bâtiment à deux niveaux, avec une aile basse et une poterne à deux tourelles (la poterne actuelle). Il fait creuser les douves.
Dans un acte de 1556, Christophe de Refuge est qualifié de « l’un des cent gentilshommes de la maison du roi » Henri II…

Dans les années 1570, Christophe de Refuge acquiert le fief des Essartons, de la Millière et du Jardin. Quelques années plus tard, son fils Charles de Refuge acquiert la seigneurie de Grosrouvre.
En 1575, Robert de Combault, gentilhomme de la chambre d’Henri III et capitaine des gardes de la reine, chevalier des deux ordres du roi, acquiert le château des Mesnuls avec son épouse, dame Louise de La Béraudière (ci-contre : Blason de Robert de Combault).

Retour en haut de la page


Si vous souhaitez lire la suite,
merci de télécharger le pdf
suivant :

Le château des Mesnuls

L’église et la chapelle

L’église Saint Eloi

Construite à la fin du XV° et au début du XVI° siècle, l’église des Mesnuls fut agrandie ultérieurement du côté de l’entrée.
Elle se compose d’une nef unique, voûtée en berceau sur six travées, d’un chevet à trois pans et d’un clocher carré sur le flanc sud.
L’église est dédiée à Saint Eloi, saint patron des orfèvres et des forgerons.
Le premier curé connu de l’église Saint Eloi est un chapelain nommé Marie, mentionné dans un texte de 1556.
Les fonts baptismaux et la chapelle de la Vierge, situés de part et d’autre de l’entrée de l’église, ainsi que la rosace de l’entrée, datent de 1859.
La tribune en bois et le tableau représentant la Fuite en Egypte sont offerts en 1925 par Pierre Guerlain, futur maire.
En octobre 1979, la cloche de l’église s’arrête de sonner. Cette cloche, installée en avril 1611 et dénommée Marie, est fêlée sur toute sa longueur. Elle pèse 610 kg, mesure 1,3m de diamètre et 1m de haut. Elle est composée de 78% de cuivre rouge et 22% d’étain. La décision est prise de la remplacer à l’identique…

Retour en haut de la page


Si vous souhaitez lire la suite,
merci de télécharger le pdf
suivant :

L’église et la chapelle

Le patrimoine

Les bâtiments, terrains et équipements communaux

La mairie

Le premier maire des Mesnuls a exercé ses fonctions à partir de 1799 (an VIII). Lors du second arpentage de 1817, la mairie figurait dans le recensement des 202 maisons.
Le bâtiment actuel a bénéficié d’une réfection de façade (1979), d’une nouvelle toiture (1992) ainsi que d’un agrandissement vers l’arrière (1993). En 1999, une salle est aménagée pour les archives.
L’évolution du statut administratif de la commune a été la suivante :
– avant 1789, la commune des Mesnuls faisait partie de la Généralité de Paris, élection de Montfort et elle était administrée par un syndic ;
– en 1792, quand la France fut divisée en départements, la commune fit partie du département de Seine et Oise, district de Montfort ;
– sous l’Empire, Les Mesnuls furent incorporés à l’arrondissement de Versailles, puis à celui de Rambouillet ;
– depuis le début du XIXème siècle, l’administration de la commune est effectuée par un conseil municipal comprenant un maire et un nombre variable d’adjoints et conseillers. Le conseil municipal actuel se compose du maire, de 4 adjoints et de 10 conseillers.

Retour en haut de la page


Si vous souhaitez lire la suite,
merci de télécharger le pdf
suivant :

Le patrimoine

Les lieux-dits Mesnulois

Comme tout village, la commune des Mesnuls comprend de nombreux hameaux et lieux-dits. Voici l’origine de quelques-uns de leurs noms.

Les Fontenelles

Les Fontenelles, situées entre le chemins ruraux n°10 et 11, sont en limite de la commune de Bazoches. Du fait du terrain argileux et de la circulation des eaux résiduelles de la forêt, les terres sont marécageuses, parsemées de sources et de mares. Il n’y a que de petites fontaines, des « fontenelles » selon en langage local. Le terrain regorgeait tellement d’eau qu’il arrivait autrefois de faire les foins avec des bottes. Aujourd’hui, c’est le lieu d’implantation d’une des deux stations d’épuration des eaux du village.

Le Bout-Crottu

Le Bout-Crottu était l’ancien nom de la rue de Beauregard. Beaucoup de sources affleurent le sol et rendaient jadis très boueux ce chemin vers Saint Rémy. Le crottu était le nom de la tourbe, et une tourbière a probablement existé entre le 8 et le 12 de la rue de Beauregard. Jusqu’au 19 siècle, utilisaient la tourbe séchée comme combustible.

Retour en haut de la page


Si vous souhaitez lire la suite,
merci de télécharger le pdf
suivant :

Les lieux-dits

Les Mesnulois d’hier et d’aujourd’hui

Les Maires de Jacques Lamarre(1800-1807) à Marc Lautour (2008..).

Femmes et hommes célèbres

Luc-Albert Moreau (1882-1948)
Le peintre Luc-Albert Moreau et sa femme Hélène Jourdan-Morhange habitaient au bout de la rue du Moulin, au lieu-dit Le Jardin, une vieille ferme …

Hélène Jourdan-Morhange,
épouse de Luc-Albert Moreau (1888-1961)
Violoniste, elle fut remarquée dès 1917 par Maurice Ravel …

Sidonie-Gabrielle Colette, dite « Colette » (1873-1954)
C’est sans doute en rendant visite à ses amis Maurice Ravel, Luc-Albert Moreau et Hélène Jourdan-Morhange que l’écrivain Colette …
 
Marcelle Tinayre (1872-1948)
Ecrivain et journaliste, elle était la femme du peintre et graveur Julien Tinayre. Ils ont habité à La Touretterie …

Bernard Buffet (1928-1999)
Le peintre a remarqué Les Mesnuls …
                                                                                  
Roger-Charles Blitz (?-2004)
Le Mesnulois Roger Blitz, fut capitaine et ancien pilote des Forces Françaises Libres…

François Zuber
François Zuber est né en 1920. Dès l’âge de 5 ans, il fit de nombreux séjours aux Mesnuls…

Retour en haut de la page


Si vous souhaitez lire la suite,
merci de télécharger le pdf
suivant :

Mesnulois d’hier et d’aujourd’hui

Le Cloître de Saint-Genis des Fontaines

 Dans les années 1922-1924 , le cloître de  Saint-Genis des Fontaines (Pyrénées Orientales) fut démantelé et vendu à un antiquaire parisien.
Les trois quarts des colonnes et chapiteaux furent transportés au château de Mesnuls (Yvelines), deux arcatures et trois colonnes furent récupérées par le Musée du Louvre et les piles centrales furent vendues au Musée de Philadelphie aux États-Unis. Seul le quart sud-est, maintenu sur place, est classé Monument Historique.
En 1975-1980, Saint-Genis entreprend la recomposition de son patrimoine culturel. Grâce à des efforts conjugués et persévérants, les éléments des Mesnuls et du Louvre ont pu être récupérés et réinstallés à leur emplacement originel.

En savoir plus …. Le cloître de Saint-Genis des Fontaines

Retour en haut de la page

Mairie

6 Grande rue
78490 Les Mesnuls
Tél: +33 (0)1 34  57 04 40

Mardi 14h00 à 17h45
Jeudi 9h00 à 12h30
Vendredi 9h00 à 12h30

Bibliothèque

Située à la mairie
Sous le porche
Porte à droite

Lundi 16h30 à 18h30
Mercredi 10h00 à 12h00
Samedi 10h00 à 12h00